Just Do ta B.A.

Poupi a passé un super moment à Montmartre le weekend dernier.
Non pas parce qu’il faisait beau ( j’ai encore super mal à mon coup de soleil aujourd’hui soit 4 jours après… oui c’est pathétique), non pas parce qu’elle était avec des gens super plus mieux sympas (si quand même un peu) mais parce que c’était le Périgord à Montmartre !
La plus belle région du monde de la Terre de l’Univers, directement en Parisianie !
(chauvine.. quoi ?)
Et en plus on y mange et boit que des bonnes choses !

Quoi de plus magique qu’un pique nique improvisé avec d’excellents produits du terroir :
– fois gras mi cuit,
– un enfin deux, enfin trois…. quatre bouteilles de Montplaisir de 2005 (excellente cuvée pour un Bergerac rouge)
– du cabecou à foison
– des gariguettes (des fraises ^^)
– du saucisson du cochon au cul noir périgordin (si si)
– du pain frais
– sans oublier un tire bouchon et un couteau (sinon voilà l’horrible frustration!)
Bref une après midi idyllique, entourée de gens formidables, les pieds dans l’herbe…

Au cours de l’après midi, les gens se lèvent vont là où personne ne peut aller pour eux, vont boire un café… d’autres dorment assommés par la chaleur et le répit bien mérité après autant de (bons) vins ! D’autres discutent, de tout de rien, de rencontres foireuses, de phrases mémorables…
Bref il y a du va et vient dans notre coin de paradis vert.
Jusqu’à ce qu’un jeune couple vienne nous interrompre… Ils ont vu un jeune voler un blouson en cuir, qui se trouvaient )à coté de nous (donc forcément à nous…), ils ont essayé de le prendre en photo mais ils en ont été empêché par des jeunes filles à coté qui ne souhaitaient pas être mêlées à cela… (ca se passe de commentaires…)
Un vent de panique souffle sur notre groupe. Les garçons se séparent à la recherche du jeune homme et nous constituons à converser avec le couple… histoire d’en savoir un peu plus.
L’évènement s’étant produit un peu plutôt, nous avions très probablement peu de chances de récupérer le blouson mais peut être les papiers et autres clefs…

Alors que nous étions presque sur de ne rien retrouver, notre après midi étant gâchée, un jeune maghrébin au fort accent nous interpelle et nous demande si c’est nous qui sommes à la recherche d’un blouson… Ni une ni deux (mais tous un peu interloqués) : OUI c’est NOUS !
Le jeune tend la main vers un de nos hommes ci présent et invite un de nos autres hommes à l’accompagner. Ils savent qui est voleur et où est le manteau.
S’en suivent 5 minutes d’angoisses féminines
et si c’était un piège ?
et si ils voulaient de l’argent ?
et si … et si…

Les revoilà. Le manteau aussi, le jeune homme derrière.
Lui et son ami nous expliquent dans un français approximatif que voler c’est mal, qu’il ne faut pas, qu’ils n’aiment pas, et qu’ils ne veulent pas d’ennuis avec la police.
Inspection du blouson… tout est là sauf les tickets de métro et un peu de liquide. Bref rien en comparaison de ce qu’un blouson de moto en cuir quasi neuf peut contenir…

Touchés par la gentillesse de ce jeune homme et de son copain et par ce geste si rare, nous nous sommes débrouillés à partager ce que nous avions avec eux.
Au fur et à mesure que l’atmosphére se détendait, les ventres se remplissaient et les langues se déliaient.
Ils ont tous les deux 16 ans. Ils ont arrivés en France par des biais obscures à la recherche d’une vie meilleure. Ils vivent là… dans le square. Ils vivent… enfin, ils survivent. Les traces de blessures sur leurs visages juvéniles laissent bien entrevoir qu’ici, c’est pas la vie meilleure. Ils n’ont ni parents ni famille en France.
Ils sont tous seuls.

Poupi s’est dit que peut être elle, pouvait faire un peu plus. Donner de l’argent, donner à manger… peut être leur trouver un toit, leur permettre de s’insérer dans cette société dont ils défendent plus que d’autres les valeurs… liberté, égalité, fraternité.
Alors Poupi a donné le numéro de son travail et a promis de s’occuper d’eux.

Hier, elle les a revu, elle a passé des coups de fil, essayé de remettre de l’ordre dans les possibilités légales d’accueil et de reconnaissance de leur statut. Malheureusement (heureusement) ils sont mineurs. Ils ne sont pas expulsables mais difficilement insérables car ils vont être aussi obligés de laisser un peu de leur liberté dans un système plus contraignant et auquel ils ne comprennent peut être pas grand chose.
Poupi prendra le temps qu’il faudra, leur expliquera.
Elle leur a trouvé un centre d’accueil et cherche à être en relation avec une assistante sociale de l’ASE (qui semble les connaitre).

Comme quoi, peu importe les origines, vivre dans un monde meilleur passe aussi par cela.

Poupi wondertravailleusesocialewoman

4 réflexions sur “Just Do ta B.A.

  1. Ricounou dit :

    Vous avez eu super du bol qu’ils soient pris de remord , Et eux ont eu superdu bol de te croiser et que tu aie envie de les aider .Des bisous

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s