Caramade Grobisou, vous avez un message !

Cela va être un peu long mais je ne pouvais pas laisser ce commentaire mourir tout seul dans un coin de ce blog. J’ai écrit il y a quelques jours un billet d’humeur concernant les raisins de la colère de Poupi (c’est surligné, ca veut dire que tu peux cliquer pour le relire).

Mercredi,  j’ai donc reçu ce commentaire de Eric.E :

Je vois que l’on a un point commun assez évident : j’ai également mal à ma France.

Partant d’un tel constat, je suis également tenté de remonter l’arbre des causes ; de la pertinence du pourquoi dépend la légitimité des solutions.

Et force est de constater que nos constats divergent sensiblement. Peut-être est-ce dû au fait que je vive sur Terre et non chez les Bisounours à l’instar de la bien-pensance gauchisante qui semble imposer sa pensée unique au pays entier.
Reprenons tes arguments :
– Ne t’es-tu pas demandée pourquoi des étudiants avaient été « agressés » par les forces de l’ordre ? A ce « pourquoi » répond un « parce que » assez évident : il y a eu provocation. En général, il y a plus malin à faire qu’agresser un policier. Réviser le BAC peut-être un bon début, ça évitera les fautes de grammaire sur les banderoles…

– Tu fais référence à un grand maître à penser, j’ai nommé Lilian Thuram, qui n’est pas à une intervention démagogique près. Pour rappel, ce type au train de vie confortable dit « connaître la réalité des banlieues » pour avoir lui-même « grandi dans une banlieue difficile ». Pour info, Thuram et moi avons grandi au même endroit : à Bois-Colombes dans les Hauts-de-Seine, commune aisée et calme. Fais un tour à l’heure de la sortie des classes, tu y verras plus de BB Brunes en puissance que de sauvageons hargneux… Bref, Thuram a à peu près autant de crédibilité que j’ai de chances d’être élu Ballon d’Or. Passons. L’expression « jeune issu de l’immigration » est un terme créé par les gauchistes. On est français ou on ne l’est pas. Point final. Les gens ne me qualifient pas de « jeune issu de parents réfugiés apatrides » que je sache ? Je me contente d’être français. Avec les droits et les devoirs que ça implique.

– Le report de l’âge de départ en retraite te révolte ? Regarde autour de toi. Ou de moi, plutôt, étant donné que je vis en France et non chez les Bisounours. L’espérance de vie augmente (cool), les baby-boomers sortent progressivement de la vie active et le système actuel est déjà déficitaire. Ledit déficit va mathématiquement se creuser si l’on ne fait rien. Trêve d’atavisme, il serait de bon ton de solutionner ce problème. La réforme des retraites est un levier : augmenter la durée de cotisation réduira mathématiquement le déficit sans pour autant régler le problème. Car au-delà du problème des retraites, il y a un problème d’emploi. Le chômage est une plaie non seulement pour ceux qui ont le malheur de s’y trouver mais également pour financer les retraites. Curieusement je n’entends pas les gauchistes proposer une solution à cet épineux problème. Et les lycéens seraient inspirés de se sentir concernés par cette vraie question qu’est l’emploi plutôt que de reprendre des propos prémâchés par les bien-pensants concernant la retraite. Chaque chose en son temps, non ?
J’ai vécu dans un pays où l’âge de départ en retraite est de 62 ans (la Slovaquie) en dépit d’une espérance de vie légèrement inférieure à la nôtre. Crois-moi, on vit très bien en Slovaquie. La retraite à 62 ans n’a rien de rédhibitoire en 2010.
Autre exemple : mes parents sont partis en retraite après 65 ans. Ils le vivent bien. Alors je ne me fais pas de soucis pour nous. On vit à une époque et dans un pays où l’on n’est pas fini à 60 ans. Qui s’en plaindra ?

– Tu as mal de voir les préjugés quant à certaines catégories de gens ? Soit. La différence entre toi et moi est que je connais la RATP de l’intérieur pour y avoir bossé (salutations à mes anciens collègues de l’AMT de la 10, « face au 41″ ;) ). Effectivement, ce sont des privilégiés. Rien à mes yeux ne justifie leur départ à la retraite AVANT les gens du privé. Que l’on ne me parle pas de pénibilité, objectivement, les opérateurs des chaînes automobiles ont un travail plus pénible (et oui, je connais bien le secteur de l’industrie automobile pour y avoir bossé quelques années dont 18 mois en usine). Reprenons l’exemple de la RATP, les conditions de travail ont fortement évolué depuis des décennies : conduis un Sprague Thomson de l’entre-deux guerres puis, passe aux commandes d’un MP89 tout moderne et on en reparle. Ce qui était justifié en terme de pénibilité alors, ne l’est plus aujourd’hui. Et c’est un exemple parmi tant d’autres. Issu du vrai monde. Ca impliquerait à tes amis les Bisounours d’être moins candides.
Alors oui, ce sont effectivement des privilégiés qui imposent leur point de vue à des gens qui ne sont pas forcément d’accord avec eux. Et ce sont les gens ordinaires qui trinquent, les classes populaires et moyennes, celles qui comptent au quotidien sur les transports en commun, sur les écoles publiques… Parce qu’honnêtement, lorsque tu as une C6 avec un chauffeur et des enfants scolarisés dans une bonne école privée, tu es moins impacté. A croire que les gauchistes se plaisent à creuser les clivages sociaux.
De fait, je n’éprouve aucune sympathie pour ces grévistes. Ils me confortent juste dans l’idée de vouloir me payer la C6 et de scolariser mes enfants dans le privé sitôt sortis du congélateur.

– Le bouclier fiscal t’indigne ? Rassure-moi, tu es prête à voir 50% de tes revenus alimenter les caisses de l’Etat ? Pas moi en tous cas. Pourtant, c’est une situation que les très hauts revenus acceptent au grand bénéfice de la nation.

– Tu as mal en voyant le mépris qu’affiche la France d’en haut envers celle d’en bas ? Visiblement, tu n’es guère révoltée par les propos d’autres individus disant représenter la France d’en bas (Olivier B…) relevant de la haine sociale. Une indignation à deux vitesses ? Pas très fair-play, non ?

– « J’ai mal parce que parfois le système dans lequel on vit, vicieux, ultra-liberaliste, consumériste, qui poussent les gens à baisser les bras, à accepter d’être asservis… » : dit-elle en intitulant son blog « Coiffures, Chaussures et Sac à main »… Personne ne t’oblige à consommer.

– Tu as mal de te sentir impuissante ? Mets-ça sur le compte du tabagisme à la rigueur (je de mots pourri mais j’assume) car honnêtement, tu as -du fait du suffrage universel- une certaine puissance. Ton blog est également un outil et si la précarité te touche tant que ça, sache que les Restos du Coeur manquent de bénévoles. Il y a toujours moyen de se sentir utile.

– Carla Bruni t’agace à chanter les louanges de son mari ? C’est de la naïveté ou de la jalousie ? De deux choses l’une : soit elle l’aime vraiment et elle n’a aucune raison d’en dire du mal. Soit c’est juste une question d’image et… Elle n’a aucune raison d’en dire du mal.

– Tu es fière que la masse se révolte ? Soit. Mais cette révolte se fait au mépris d’une autre masse, au moins aussi conséquente qui subit les méfaits des « perturbations » et autres blocages. Encore une fois, c’est beau de se prendre pour des justiciers en voulant taper sur les riches mais le fait est que la classe moyenne souffre de cette bêtise humaine. Demain, je vais passer 80 minutes de plus dans les transports à cause du mouvement de grève. Mais j’imagine que c’est normal qu’une poignée d’individus m’impose son point de vue.

Last but not least : on (le peuple) a élu un gouvernement. Laissons-le bosser pour le meilleur ou pour le pire. Car dans 18 mois, on pourra le reconduire ou non selon son bilan. C’est ça aussi la démocratie. Ayons au moins l’honnêteté de reconnaître le fait démocratique.

A little more for a little you… Au plaisir de se croiser « sur le terrain » si d’aventure tu daignes sortir de chez les bisounours.

Cher Monsieur EricE,

Nous, les Bisounours, avons été très intéressés par la lecture de votre commentaire.

Tout d’abord laissez nous vous expliquer où se trouve notre si merveilleux monde : Pour y aller, il faut prendre le train de l’imagination, fermer les yeux, exprimer un désir et … rêver un brin. Avec un peu de chance, vous vous retrouvez parmi nos petits nuages et croyez-nous c’est un véritable paradis. Là-haut, personne n’élève jamais la voix, personne ne se comporte méchamment, ne vous répond avec brusquerie.

Mais avant de devenir GroEricE, il va vous falloir suivre les conseils de Grosex, à savoir vous décharger assez rapidement de toutes vos pulsions agressives afin de pouvoir ressentir des sentiments humains d’amour, de tolérance et de partage. Car chez nous, pas de GroPourMaPartPersonnellementJe.

Il se trouve que Groscopain nous a appris à lire. Certains ont même réussi l’exploit d’avoir leur bac, alors qu’ils faisaient également grève en tant que lycéen en 95/96 contre le Plan juppé de reformes de retraites et de la Sécu ainsi qu’en 2000 contre la reforme de l’Éducation nationale de Claude Allègre (année du bac pour Groscalin, alors très engagé : le vilain a manifesté avec ses petits fripons de copains durant plusieurs semaines). D’ailleurs comme le dit Grolavoisier, rien ne se perd, rien ne se crée mais alors rien ne se transforme.

Groscadeau a une surprise ! La recette du gauchiste au chocolat avec des fraises tagada ! Car il est toujours bon de savoir de quoi on parle quand on en parle. Le gauchiste est un plat apparu au XIX siècle. Il signifiait surtout à l’époque un gâteau encore plus à gauche que celui du Parti Communiste Russe (sous Lenine, entre autre). Aujourd’hui c’est le nom d’un dessert péjoratif utilisé par la droite et l’extrême droite (la forme est la même, le fond est légèrement différent). Bon, il ne faut pas abuser de droite (et encore plus si elle est extrême) en cuisine, l’aigreur et l’amertume ne plaisent finalement qu’à peu de gens… souvent peu éduqués au Gout.

Trêve de gourmandise, occupons nos de la nourriture céleste. La doctrine donc le système intellectuel d’un mouvement (pensées, guide pratique etc) est à la merci du temps et de l’interprétation des hommes. Les Doctrines religieuses, par exemple, ne disent pas que des conneries (ne pas tuer, ne pas commetre le péché d’envie, ne pas mentir, bien se garder du péché d’orgueil, c’est assez Grosjojo, tout ca, comme principes). Force est de constater que les généralisations vulgaires et les amalgames ne sont pas les privilèges uniques aux Bisounours. Nous constatons que même chez les stroumphs, on en trouve… et tout plein tout plein tout plein. C’est pas joli joli.

Nous les Bisounours, n’éprouvons pas le besoin ostentatoire d’aider les miséreux car personne n’est miséreux à Bisouland. Mais rassurez vous, M.EricE, bientôt dans votre monde à vous, il n’y aura plus de miséreux non plus. Heureusement qu’il existe la sélection naturelle.

Grosfarceur remarque cependant que pour un étudiant de la banlieue chic de bois colombes ayant la chance de vivre chez ses parents, profitant de ce fait de pouvoir faire de longues études (sans se soucier de payer factures, charges, impôts, etc. Et c’est tant mieux ! Rien n’est mieux que le gyron parental, exception faite de Bisouland. Car c’est peut être grâce à l’héritage des Bisounours, que vous en êtes là – si vous avez un trou de mémoire, il y a la liste de certains acquis sociaux dans le billet que vous critiquez). Vous vous êtes un peu fourvoyé dans un peu trop de facilité d’interprétation et peu de recherches d’informations.
Donc on va juste se permettre de vous aider à avoir accès aux propositions des autres Bisounours (hormis la transformation du bouclier fiscal en toboggan arc en ciel). Elles se trouvent donc ici ici ici et ici aussi. N’hésitez pas à demander de l’aide si vous ne savez pas ouvrir les pages web.

Mais attention il existe des effet secondaire à la lecture de propositions autre que celle du vulgaire calcul mathématique (en même temps crier « A Bas Les mathématiques! » lors de manifs auraient peut être moins d’impact) : il peut se développer une envie de caliner son prochain, de lui prêter son doudou et de faire du covoiturage afin de favoriser un monde meilleur. Et peut être même cueillir des fleurs juste pour les respirer ! Car,ça sent bon… les fleurs.

L’avantage d’être un Bisounours, c’est de non seulement laisser la possibilité à chacun de penser ce qu’il veut et de l’accepter mais aussi de se réjouir que demain y a des frites à la cantine démagogie de notre Pays merveilleux, Grosveinard nous a gâté!

En tout cas, cher EricE, nous portons à votre connaissance la politique d’échange Erasmus favorisée en ce moment par Grochampion (autrement connu sous le nom GroNicoS), des charters sont affrétés assez regulierement vers les pays baltiques. Sachez néanmoins que nous serons heureux de vous faire voyager dans notre super voiture doublée d’une caravane nuage pour vous permettre d’aller vous installer et bien vivre en Slovaquie, là où la vie est si belle et pour moins cher en plus (dans votre logique ca doit compter, alors comme on est sympa, on préfère le signaler).  D’ailleurs il nous semble important de rajouter que ce pays est dirigé par des Bisounours en couverture secrète (mais chut… c’est surement lié à leur culture gauchiste). Alors attention.

Et pour terminer, rien de mieux qu’une jolie chanson en guise de conclusion !



Bisou Gentil Bisounours
envoyé par chipies. –

Gros Bisous les gens et surtout à vous, Eric.E,

Nous aussi on vous aime !

Une réflexion sur “Caramade Grobisou, vous avez un message !

  1. J’ai un peu de retard à ce que je vois… Je vais rapidement mettre les diacritiques sur les d à défaut d’avoir le temps de mettre les points sur les i :

    – J’ai menti et je le reconnais : mon trajet en transports en commun en ce jour de grève n’a pas été rallongé de 80 minutes. Non. Il a juste été annulé. Plus de trains vers mon lieu de travail, purement et simplement. Comme c’est choupi… Du coup, j’ai emprunté une voiture, payé 7€ de péage et je te fais grâce du carburant. Impact sur le « nanti » que je suis ? Une heure de perdue seulement. Si je n’avais pas eu la possibilité d’avoir une voiture, j’aurais été piégé. Tout simplement. Moralité, les grèves sont encore plus contraignantes auprès des moins riches. Bravo les gauchistes. Je persiste à penser que ce mouvement égoïste a creusé les inégalités.

    – Inutile de me donner de leçons quant à certaines pratiques collectivistes : j’ai entre autre pratiqué le covoiturage entre 2007 et 2009. Ca a ses avantages et ses inconvénients. Encore faut-il l’avoir pratiqué pour le savoir (ou se renseigner auprès de la plèbe).

    – Bravo pour le cliché sur la Slovaquie. J’aurais probablement dit la même chose dans ma prime jeunesse, mais depuis, j’y ai vécu et j’appréhende nettement mieux l’Europe Centrale. Quand on ne sait pas, on se renseigne.

    Allez, je retourne en cuisine, il n’y a pas que la politique dans la vie.

    Eric

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s