Le jour où la misogynie des journalistes rugby de @lequipe a eu raison de ma lecture de leur journal

Comme beaucoup, je lis ce canard avec attention en ce qui concerne le Rugby. Journal omnisport, omni présent, omni… rien.

L’article de ce matin traitant de l’équipe de France et de la fatigue, dont je ne mettrai pas le lien car je ne vais pas non plus leur faire du trafic (certes petit mais même une personne en plus à lire ce torchon : ca m’arracherait la gueule, comme on peut le dire vulgairement) a mis en lumière (je ne devais pas vraiment lire les articles avant tellement j’étais absorbée par la vue de tous les corps d’apollons grecs des joueurs) la misogynie « clairvoyante » et tellement originale de la ligne éditoriale de ce célèbre journal. Je tente donc une mini réponse de troisième ligne aile, celle qui fait pique quand tu te la prends en pleine poire à pleine vitesse. (OH MON DIEU saurai-je ce qu’est un troisième ligne aile ? Non je plaisante, je me fais les ongles des pieds actuellement).

Cher journaliste spécialisé rugby, c’est d’une évidence tellement flagrante : les femmes ne s’intéressent au rugby uniquement pour les belles gueules (ahem) et les physiques ciselés de GI Joe, comme les gays d’ailleurs. Alors pourquoi ne pas mentionner ce lieu commun si banal dans votre article également ? N’avez vous pas autre chose à écrire pour la « ménagère » que je suis, qui se dit en passant, doit avoir ses règles pour s’hystériser de la sorte ?

Je suis malheureusement pour moi, (sous-créature de la culture ovale) une femme de moins de 30 ans. Je dois baigner dans le rugby depuis… et bien ma naissance. Je fais du 39/40 non seulement en crampon mais aussi en talons aiguilles. J’ouvre systématiquement la bouche tel un poisson rouge, quand j’applique du rimel sur mes cils. Je porte des robes souvent décoltées car je fais un généreux 90D et je suis absolument capable de donner les scores de l’équipe de France de rugby de 95 ou de 2007 voire qui a marqué. Il se pourrait alors que j’apprécie que l’on me traite, moi, lectrice, amatrice, rédactrice web, fan et femme, avec autant d’égard que vous traitez votre supérieur hiérarchique, vos propres parents, vos enfants, le mec assis à coté de vous au bureau et votre boulangère qui chaque matin se lève à 4h pour que vous puissiez vous nourrir avant d’écrire autant de conneries en quelques lignes.

La misogynie fait partie intégrante de la culture française. Inutile de se voiler la face, c’est effectivement pénible, à lire, à entendre, à constater… J’en reste cependant toujours plus perplexe quand il s’agit apparemment de gens éduqués, à la culture impressionnante, d’autant plus dans le milieu journalistique, où normalement l’esprit critique, la capacité de réflexion, de rédaction sont affutés. A croire que cela n’est pas le cas dans le recrutement des journalistes sportifs spécialisés dans le rugby de « l’équipe ».

La ligne éditoriale est simple : soyons à contre courant quitte à faire la brasse dans le vide, soyons impertinent mais pas pertinent, poussons la critique médiocre à son paroxysme en faisant genre nous savons de quoi nous parlons car nous avons des accréditations qui nous font rentrer dans les chambres à 220 euros la nuit du staff de l’équipe de France de rugby, soyons médisant… et surtout soyons de mauvaise foi. La capacité agaçante de critiquer systématiquement les choix des entraînements, de sélection, de tactique AVANT MÊME TOUTE COMPÉTITION de l’équipe de France de rugby est devenu un sport national dans ce quotidien (d’ailleurs à quand un onglet spécialisé ?), je veux bien comprendre la dureté du travail, la nécessité de publier du contenu tous les jours mais cela ne donne aucune excuse à la qualité passable des articles. Dites moi, monsieur le journaliste de « l’équipe », avez vous déjà monté une équipe nationale ? Allez y confiez vous, nous sommes tous passionnés par ce que vous devez avoir à nous dire sur la réflexion autour de votre coaching. Ah oui, non, suis-je bête (pléonasme, je suis une femme)… vous êtes journaliste pas entraîneur ni directeur technique de l’équipe nationale.

Aujourd’hui je décide donc et pour de bon d’arrêter de vous lire. Je passerai surement à coté de jolies photos de l’equipe de France et autres de mes chouchous que je ne regarde uniquement parce que je les trouve physiquement intelligents…

Je ne demande ni considération,  ni reconnaissance de mon savoir rugbystique car je n’en ai pas besoin. Je me contente de songer avec le sourire à ma capacité de clouer au sol avec des petits nœuds roses un grand nombre de spécialistes sur le sujet. La puissance des internets se retrouve aussi dans la capacité de chacun à pouvoir dire à un grand quotidien sportif qu’on ne va plus les lire car leur incompétence entraînant mépris, médiocrité, misogynie montre à quel point ils sont loin de tout ce qui a fait leur gloire.

Rappelons à « l’équipe » qu’au delà de son devoir d’informer le plus objectivement possible ses lecteurs, il se doit d’éduquer, d’être porteur des valeurs les plus belles du sport : l’ouverture, la cohésion, le respect de soi des autres, le dépassement, le gout de l’effort, la solidarité, la capacité de réflexion sur soi. Et pas surfer sur la bêtise et l’ignorance.

En conclusion :

Petit Post Scriptum de Poupi : D’ailleurs tant que j’y suis, les gens qui vous followent sur twitter ne sont pas des monstres, messieurs les journalistes spécialistes rugby, vous pouvez leur parler ou tout simplement leur répondre… A moins que l’ego qui vous étouffe, vous a fait oublier que sans tous ces gens qui vous lisent, vous ne serez rien. A mes yeux, vous n’êtes plus grand chose. Et croyez moi, je le regrette car vous salissez surtout l’image de ce sport et de votre profession. C’est bête.

36 réflexions sur “Le jour où la misogynie des journalistes rugby de @lequipe a eu raison de ma lecture de leur journal

  1. Je te rejoins sur tous tes avis et autres remarques pertinentes : je ne lis jamais l’Equipe, « journal sportif » bien trop cher pour ce qu’il y a à lire dedans, qui vidé de ces pages consacrées au ballon rond, n’a plus grand chose à dire. A part baver sur les potins et autres scandales qu’un magazine people n’a pas voulu…
    Donc, je ne le lis jamais , et je ne suis pas prêt de la faire, même pas aux toilettes. Si un jour, j’en trouve un exemplaire dans ces lieux, au mieux, je m’en servirais plutôt pour m’essuyer.

    J'aime

  2. On se souvient dans un autre style de la réaction de l’Equipe en 1998 : a planté l’équipe de France puis a tenté de se rattraper. Mais les joueurs eux n’ont pas oublié 😉

    Sinon pour info, on ouvre la bouche quand on se met du mascara car cela évite le clignement des paupières. Oui la femme est pragmatique 🙂

    J'aime

  3. Merci encore Poupi…
    Pour le coup, je ne suis pas une fan de sport, je ne m’intéresse aux ballonx (rond et oval) que parce que ça me permet de tenir une conversation au bar avec mon mari et ses copains (et que ça m’amuse de gueuler comme un putois pendant les matchs). Par contre, globalement, ils me gonflent ces bonhommes qui s’arrogent tout les droits du savoir en sport, mais aussi : en voiture, en design, en architecture, en médecine,en politique, en sexe, en drague… et même parfois en matière d’égalité des droits.
    Je plussoie donc le boycott de l’équipe…
    Désolé messieurs, oui on porte du mascara, des talons mais on est aussi capable de faire tout ça en réfléchissant et en suivant voir animant une conversation. Bien loin de vous et de vos vieux t.shirt achetés par maman il y a 10 ans.

    J'aime

  4. Je te rejoins entièrement dans les grandes lignes.Quant à l’accolage des termes « journalisme » et « sportif », c’est un long débat (qu’on pourrait avoir aux Cahiers du Foot par exemple).
    En revanche, c’est vraiment dommage de sortir cet argument qui n’en est pas un : « bah t’as qu’à faire mieux ». Non, non et re-non. Chacun est libre de critiquer, négativement comme positivement. Sinon, j’espère bien que tu n’as jamais le moindre avis sur un film. Après tout, tu n’es pas réalisatrice.

    J'aime

    • je te rejoins mais avoir un avis et passer son temps à savonner le parquet où se trouve c’est autre chose. Je crois en la critique constructive, mais dans pas das le lynchage parce qu’on a pas d’autres arguments.
      merci de ton commentaire.

      J'aime

      • On est d’accord. Le problème, c’est la critique creuse, le non-avis, pas le fait que le journaliste ne puisse pas faire mieux.

        Si on prend le problème à l’envers, les meilleurs critiques/journalistes sportifs/etc. sont rarement les anciens du métier. Ce n’est pas parce que tu excelles dans un domaine que tu sais en parler ou que tu es capable de l’analyser de façon pertinente. Tout comme ce n’est pas parce que tu n’étais pas le meilleur dans ton domaine que tu n’as pas pour autant un avis intéressant sur le sujet.

        J'aime

  5. Je ne lis pas « l’équipe ». J’aime aussi énormément ce sport … pas pour les mêmes raisons que toi.
    Je ne sais pas ce que tu reproches concrètement aux journalistes (n’ayant pas d’exemple concret dans ton coup de gueule) mais s’ils ont démontés le XV de france, c’est que comme moi, ils ont du voir les prestations de nos futurs adversaires … Que ce soit la Nouvelle Zélande, L’Afrique du Sud ou/et surtout l’Australie avec un Quade Cooper qui me fait briller les yeux ballon en main (http://youtu.be/W1yiEKaNgLk), on est loin de les bousculer sur le papier. Je sais que notre french flair a du pousser des parieurs au suicide mais il y a énormément de travail à faire pour le XV de France actuellement. Surtout quand on voit que des mecs comme Huget on été appelé alors que Poitrenaud regardera la world cup de son poste tv (ou au pub 😉 ).

    J'aime

    • Tu peux douter des choix bien évidemment. Je ne cache pas mon scepticisme quant au fait de faire jouer Maxime Medard au centre par exemple.
      mais je considère que des journalistes digne de ce nom ont autre chose à dire/écrire que s’aborder pour le (ce qui semble être du) plaisir. Bien sur que les équipes adverses ont des joueurs brillants. Bien sur que la coupe du monde n’est pas gagnée. Je souligne juste le fait que l’on peut aussi laisser les spécialistes (ils sont nommés pour) faire leur travail et on verra bien après. S’il y a lieu de critique, cela sera à ce moment là mais pas en permanence et sans contenu à proprement dit, comme par exemple après des matchs.

      J'aime

  6. Maxime dit :

    Chère poupimali,

    Je ne suis pas un grand amateur de rugby donc je ne peux pas juger sur la manière dont l’Equipe traite ce sport et ces lecteurs. Néanmoins, il est vrai que de nombreux journalistes de ce cher journal ont un esprit « critique » ultra développé, pour ne pas dire plus 😉

    Ayant des amis journalistes ou rédacteurs (mais pas dans ce journal), nous avons souvent un débat sur le « libre arbitre », le « parler vrai ». Et je suis plutôt d’avis à dire que la critique peut être constructive car elle permet de se remettre en question. Mais quel intérêt si c’est toujours dans le même sens ? Alors oui, ils doivent produire toujours plus, 365 jours de l’année, mais ce sont surtout les aspect « économique » qui dominent, et le besoin permanent de « vendre » leur journal.

    Après, je pense que dans l’Equipe, il y a certains journalistes qui font la part des choses : personnellement, je consulte surtout la rubrique « sports mécaniques », et j’en suis satisfait (malgré parfois quelques préférences marquées sur certains team… mais c’est un autre débat).

    Sur la question du ton et de la misogynie, l’homme est un esprit faible, où en se croyant supérieur il veut montrer sa virilité, sa force, alors que concrêtement « on s’en tape ».

    donc voila, ton coup de gueule est compréhensible, il est « juste » à mon goût.
    (et ce n’est pas mon coté « féminin » qui parle 😉

    Et je le rejoins sur de nombreux points notamment sur ce que laisse transparaître ce journal, aussi bien dans leurs colonnes papiers que dans leur communication web (#twitter notamment)

    Après, comme dit l’adage, La parole est d’argent, mais le silence est d’or….

    J'aime

  7. MomoLaFrite dit :

    Merci !

    Je me sens moins seule…

    Fan de rugby (mais avec des connaissances plus limitées) fan des valeurs prônées par ce sport et Fan du petit club de ma ville, je passe de vrais bon moments sur les bans en digne groupie qui crie au voyouuuu dès qu’elle le peut ….

    L’Equipe est le voici du sport, ce sont des voleurs, dans tous les sens du terme, je l’ai lu une fois, je n’y suis jamais retournée…

    Est il utile de préciser que depuis que j’ai lu la Bio de Sébastien je suis encore plus folle de lui … bah oui quoi ! ^^

    Au plaisir de te lire

    J'aime

  8. Le Berty dit :

    Chère Poupimali,

    Bien désolé que vous ayez été heurté par un mot dans cet article. Mais votre réaction est bien disproportionnée, voire réactionnaire. Ainsi, on peut plaisanter de tout sauf du fait que la majorité des femmes qui ne connaissent que très superficiellement le rugby préfèreront toujours la belle gueule de Vincent Clerc aux oreilles de Nicolas Mas ? Il s’agit pourtant d’une réalité à laquelle je suis confronté tous les jours. C’est surtout a réalité des médias qui veulent vendre la Coupe du monde. Vous pouvez toujours vous rebeller anonymement derrière votre clavier, il y a peu de chance que ça change.

    La misogynie des journalistes de l’équipe, moi en l’occurrence ? Notre métier consistant à vérifier les informations avant de les publier, je peux vous informer que j’ai été qualifié de nombreux défauts, mais misogyne n’a jamais fait partie de la liste. Quant à ce discours de vieux féminisme aigri, il me surprend toujours au XXIe siècle. Je vous aurai bien invitée à venir faire un tour sur notre plateau pour vérifier que les postes à responsabilités sont occupé par des femmes. Et cela me convient parfaitement. Mon seul tort, je pense, aura été d’utiliser l’humour. Une arme à double tranchant puisque les personnes qui ne le comprennent pas se sentent immédiatement agressées.

    Quant aux followers des comptes twitter, je ne sais pas pour les autres journalistes, mais je prends toujours le temps de répondre. Et en aucun cas je ne les considère comme des monstres. N’est pas Lady Gaga qui veut.

    Bonne Coupe du monde quand même.

    J'aime

    • Cher Le Berty,

      Je suis effectivement partie d’un mot, que vous jugez bon de souligner comme étant de l’humour. Soit. Seulement je trouve dommageable que vous ne puissiez pas vous rendre compte de la stigmatisation que vous portez dans vos mots même sous couvert d’humour.
      Que votre direction soit à majorité féminine n’a rien à voir dans mon propos car encore une fois je ne fais que soulever une pratique courante dans votre publication. Et je comprends parfaitement les enjeux d’un quotidien.
      Au lieu vous satisfaire du constat suivant : « les femmes n’aiment le rugby que parce que Vincent Clerc a un cul splendide » (ce qui est vrai ceci étant dit), vous pourriez également envisager d’éduquer vos lecteurs et surtout vos lectrices. Car et j’en suis désolée, si vous n’êtes entouré que par la superficialité de la chose c’est que vous passez peut être à coté de votre travail qui est celui d’informer et donc de participer à la culture de vos lecteurs.
      Rapportez le débat à une possible misandrie de ma part si cela vous arrange. C’est bien la preuve du manque de réflexion interne sur ce que vous faites.
      C’est encore une fois bien dommage.

      ah oui et au fait, il se trouve que pour la rentrée, pour la coupe du monde justement, je vais tacher derrière mon clavier, de diffuser avec humour, ma passion, mon amour, mon analyse objective (car c’est possible si on maîtrise le sujet, ce que vous devez savoir) et la pédagogie du rugby.

      Cordialement

      J'aime

    • @Le Berty
      Je vous site  » Vous pouvez toujours vous rebeller anonymement derrière votre clavier, il y a peu de chance que ça change. »

      Je trouve dommage que vous minimisiez l’action et le mécontentement de Poupi quand au comportement de certains hommes qui pensent encore des femmes ne font que tenir qu’un « discours de vieux féminisme aigri ».
      Si, justement, la condition des femmes a changé et change encore, c’est que bon nombre d’entre elles continuent de veiller et de rappeler à l’ordre ceux qui se pensent encore vivre au Moyen Age.

      En tout cas, cette rébellion anonyme agite les claviers et il semblerait que nous, les autres hommes, ne soyons pas tous d’accord avec vous.

      J’admets volontiers que j’ai une très nette préférence pour les billets de Poupi à vos articles et que mon avis manque donc d’objectivité mais les doigts me démangeaient. je souhaitais vous répondre.

      Joe

      J'aime

    • Ta réponse me conforte donc dans l’idée que les journalistes actuels ne sont là que pour faire du buzz et vendre du papier plutôt que de communiquer des informations certifiées et surtout intéressantes. S’il y a une crise dans la presse, c’est peut être à cause d’internet mais certainement à cause d’un gros manque de sérieux.

      J'aime

  9. Le Berty dit :

    Et je vous prie de m’excuser pour certaines coquilles, mais j’utilise actuellement un clavier devant probablement dater de la guerre froide.

    J'aime

    • Aucun souci, moi même j’en fais régulièrement. Seulement je pensais que vous aviez la possibilité de corriger vous même vos commentaires comme il m’est possible de le faire.
      Peut être est il temps d’aller charmer votre direction pour un clavier plus récent, genre guerre du golf ? 😉

      J'aime

    • Le Joueur dit :

      Ah c’est pour ça alors, je me demandais ce que le mot « réactionnaire » venait foutre au milieu d’un commentaire venant d’un professionnel de l’écriture qui sait avec sagacité choisir ses adjectifs.
      Mais si c’est la faute du clavier, me voilà rassuré.

      J'aime

  10. moi je dis rien, j’adule Vincent Clerc pour sa belle gueule et pour ses essais et j’assume complètement 🙂
    par contre en tant que blog de fille qui parle de sport, je trouve que les propos en question ont beaucoup plus d’humour et de légèreté dans la bouche, justement, d’une fille.
    Après, je comprends que ça n’ait pas voulu être blessant, misogyne ni quoi que ce soit, (bien que ça puisse en donner l’impression) mais je remercie l’auteur de cet article, parce que la réaction passionnée et passionnante de Poupimali, vaut vraiment le coup, soulevant un débat intéressant !

    J'aime

  11. Bonjour,

    La critique est aisée mais l’art est difficile .
    C’est certainement ce que devrait comprendre certains journalistes .
    Il est toujours facile de critiquer TOUJOURS mais beaucoup moins de faire ou encore de conseiller !
    Ce « journaliste » souhaite vendre la coupe du monde ??? Ha ouai nous ne devons pas avoir les memes notions de commerce .
    Quand aux « Femmes  » dans tout ça ? Et bien moi j’ai convertis mon épouse au Rugby il y à bientôt 12 ans maintenant .Ne vous en déplaise Mr le journaliste elle ne regarde pas les matchs uniquement pour voir les beaux gosses mais également pour voir du jeu du beau jeu.
    Pour conclure votre canard ferait beaucoup mieux de soutenir cette équipe de la porter afin qu’elle obtienne tout le soutien dont elle auras besoin pour ce combat .
    C’est aussi cela le sport : de la cohésion
    A bon entendeur

    J'aime

  12. Chère Poupi (oui, on est intime un peu maintenant),

    Je vais essayer de revenir sur plusieurs points de ton article mais aussi sur quelques réactions qu’il a suscité.

    Bon déjà, le point de départ : l’article de l’Equipe et la vanne sur le corps des joueurs du XV de France. Je comprends ta « colère et la respecte. Permets moi de la trouver un brin disproportionnée quand même. Le « journaliste » a voulu être drôle et sa phrase ne l’était pas (à L’Equipe, c’est quand ils veulent être sérieux qu’ils me font marrer). Cependant, la remarque est davantage « machiste » que vraiment misogyne. C’est lourdingue et maladroit, et plus que tout, ça n’a strictement aucun intérêt. L’Equipe veut se positionner comme un journal « d’information ». A partir de ce moment là, les lecteurs les consultent pour avoir un minimum de sérieux. Ceux qui veulent se fendre la poire, trouver des blagues pourries et méchantes vont sur la Boucherie. Le véritable problème de cette « vanne », c’est qu’elle n’a pas grand chose à faire sur L’Equipe. Ou alors le journaliste l’assume jusqu’au bout et fait un article décalé de bout en bout. Après, en tant que mec (enfin je crois), je ne sais pas trop ce que ça fait d’être discriminé pour ce genre de situation donc je m’abstiendrai de critiquer ta réaction.

    Ensuite, pour en revenir au quotidien L’Equipe en lui même et d’un point de vue plus global, je te rejoins tout à fait. Depuis quelques temps, L’Equipe semble faire écrire ses articles par ses commerciaux puisque c’est la vente plus que la pertinence qui semble être l’objectif de la ligne éditoriale. Si j’avais bu du café, je me serais probablement étouffé avec le lendemain matin de la défaite contre l’Italie où le journal demandait assez explicitement la démission de Lièvremont. Même le plus mauvais manager saurait que cette décision aurait été suicidaire à quelques mois de la coupe de monde. Mais voilà, ça fait tout de suite plus sensationnel. Résultat, depuis quelques temps, ils ont sacrifiés « le bien être » de l’Equipe de France au simple bénéfice de leur vente. Etant le seul grand journal sportif (avec Le Midol mais qui adopte au final la même stratégie), cet acharnement médiatique sur Lièvremont a directement retourné l’opinion publique (toujours aussi influençable) contre sa propre équipe. Il règne donc autour de cette coupe du monde un pessimisme et une manque de soutien (bien entretenu par les médias donc) qui fait peur à voir et qui n’aide probablement en rien l’EDF (quoiqu’ils ne sont jamais aussi forts que quand on les donne perdant… mais maintenant les autres se méfient). Bref, foutu pour foutu, je ne vois pas comme toi, l’intérêt de remuer le couteau dans la plaie ou tirer sur l’ambulance et je trouve dommage que les « spécialistes » (j’insiste sur les guillemets parce que je suppose qu’Alain Penaud est considéré comme appartenant à cette catégorie) s’abaissent à ce genre de pratique.

    Je ne vais pas refaire un long paragraphe pour dire pourquoi j’ai envie de croire en cette équipe et en son staff (même si ça se voit pas sur mes chroniques de la Boucherie mais tout l’intérêt est là) parce que je préfère attendre de voir les résultats et me rappeler au bon souvenir des pourfendeurs d’espoir en temps voulu (ton exemple de 98 est bien choisi…).

    En attendant, pour cultiver ma passion, je me tiens informer et me régale des vidéos du Rugbynistère et je me marre des chroniques de mes collègues de la Boucherie-Ovalie.

    Et ça me suffit bien, même si je regrette de devoir me priver du potentiel informatif de L’Equipe (et de craquer régulièrement pour aller les consulter). Je te conseille de faire de même, comme tu le disais, tu es bien plus calée que la plupart d’entre nous en matière de rugby alors tu ne devrais même pas prendre la peine de te montrer touchée par la bêtise des autres. Il ne mérite pas toute cette attention, et ils adoooorent qu’on parle d’eux… Ne leur fait pas se plaisir et en cas de soucis, appelle notre héros préféré Ovale Masqué. il te protégera et sera ravi de te consoler.

    La bise (oué je suis un mec comme ça),

    Bastien aka Poteau-Feu aka le Stagiaire de la Boucherie aka le faillot d’Ovale Masqué.

    PS : Et arrêteeeezzz de vous prendre la tête avec Médard au centre !!!! C’était juste des tests, et ce à un mois de la coupe du monde, rien de très significatif. Il est très peu probable qu’on l’y retrouve sauf s’il est brillant aux entrainements. D’ailleurs, deuxième centre et arrière sont des postes très proches et il est « facile » de passer de l’un à l’autre. Je pourrai parler de mon expérience personnelle mais je me contenterai de citer des exemples plus parlant : Poitrenaud, Estebanez ou encore … Médard qui a commencé comme centre justement ! 😉

    J'aime

  13. samcogez dit :

    D’accord à 100 % et on sent que tu es alors passionnée et presque incollable. Juste une réserve : j’aurais bien voulu lire le passage de l’Equipe qui t’avait à ce point chiffonnée. Pour comprendre en quoi l’écriture était myso.
    Je n’ai pas eu le loisir de l’avoir entre les mains. Pas la peine de mettre le lien, tu pouvais copier-coller le passage simplement.

    Bise et reviens me follower 😉

    J'aime

  14. laurent dit :

    Do you remember ?….

    Déjà en 1998, un certain journal avait trainé dans la boue l’équipe de France de foot, son entraineur et tout particulièrement Christophe DUGARRY…. celui qui marque le 1er but de la compétition et qui vient tirer la langue face à la tribune !!
    Depuis, j’ai arrêté de lire les journaux sportifs à l’exception du tout jaune qui sort le lundi.

    J’ai également beaucoup d’amies qui suivent le rugby pour différentes raisons (femme et mère de joueur, amatrice etc…) dont celle consistant à être accro au calendrier du SF…. Et alors ? Où est le problème ? L’essentiel n’est il pas que les stades soient pleins et l’enthousiasme général ? Peu importe le point d’accroche, du moment qu’il accroche, c’est la base du marketing !

    Mais les plus belles fans du rugby, c’est sur Twitter que je les ai croisé, la première d’entre elle étant également une éminente spécialiste de la faune et la flore du bus N°26 !
    Et depuis, j’adore suivre les matchs Live Twitté par mes « copines » dont le niveau rugbystique est d’ailleurs très hétérogène entre elles. Mais qu’importe le flacon tant qu’on a l’ivresse.

    Et pour ton information, ce qui différencie ton style des autres ce n’est pas réellement une meilleure connaissance des règles ou de la technique, mais le sens du « just in time », c’est à dire le commentaire avisé ou la remarque au moment où le ressente tous les (anciens) joueurs qui regardent le match.
    Tu parlais dans un article précédent du dimanche chez tes grands parents avant le match, et c’est cela que l’on ressent aussi dans ton TweetStyle, tout autant que la maîtrise technique du sujet.
    Alors surtout n’oublie pas cet héritage !

    Mais au final, me diras-tu, quel est le sens de mon commentaire ? Pffff….il en fallait un ?

    Bises

    PS : c’est vrai que les journalistes qui ne répondent pas sur Twitter….. mais soyons honnête, ils ne travaillent pas tous dans le même journal !

    J'aime

  15. BigAusietaz dit :

    je vais être lâche en commentant sous peusdo car je travaille avec eux et toute la presse au quotidien, je viens de te découvrir et je tenais à te remercier Poupi, pour tes posts d’une fraîcheur sans commune mesure! en ce qui concerne l’Équipe trois problèmes existent :
    – pas de vrai concurrence (sur le rugby,, il y a le midol mais c’est pour les passionnés comme nous qui vont regarder les résultats du stade montchanois qui évolue en poule honneur Bourgogne / Franche-Comté
    – les saloperies font vendre, et le bonheur pas. Ta réaction de ne plus l’acheter est la seule, unique, c’est la mienne depuis 4 ans… C’est l’unique façon de les obliger à modifier leur ligne édito. Il en faut plus comme toi…
    – En ce qui concerne la misogynie, le rugby et les journalistes qui gravitent dans ce milieu ont encore beaucoup de progrès à faire, comme par exemple les instances fédérales, pas ouvertes du tout = zéro femme, le bureau pour la commission pour le rugby féminin quand même 10 femmes sur 15 représentants…

    pourtant il y à de l’espoir pour l’Equipe, d’excellentes journalistes y travaille comme C.T. qui a couvert la dernier coupe du monde en France.

    J'aime

    • Merci pour ton commentaire.
      D’autant plus que ton témoignage est intéressant. Et nous sommes d’accord sur la façon de faire changer. C’est un peu long sûrement pas gagné MAIS ça va bouger dans les années a venir. Les femmes aussi ont leur place dans tous les sports d’ailleurs.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s