Mon tout premier jour.

Je vais entamer un réédition de textes déjà écrits pour d’autres sites afin de tous les regrouper au même endroit. Je commence ici par les chroniques réelles de la folie ordinaire écrites pour le site Héros Ordinaires aujourd’hui abandonné. S’en suivront 4 autres, diffusés tout au long ces prochains jours basés sur des histoires vécues quand je travaillais comme éducatrice spécialisée.

————————————

Premier jour à Regain. Septembre 2002.
C’est la rentrée. Pour moi, comme pour ces 40 enfants sans nom et sans visage que je ne vais pas tarder à rencontrer.

Un peu perdue et intimidée, je suis une éducatrice dans un long couloir. Autour de moi, les murs sont blancs, quelques dessins les colorent. Elle m’explique : pour ce jour de rentrée, elle « change de groupe ». Nous allons donc « faire l’accueil » avec les enfants de son ancien groupe puis nous les accompagnerons, en suivant, dans leur nouvelle salle de classe, rencontrer leurs nouvelles éducatrices.  Je ne comprends pas grand-chose, mais avant que je puisse poser une seule question, elle se retourne précipitamment et me dit : « Le bus est là, reste ici ».
Aussitôt, des enfants, des éducatrices et des sacs surgissent. Je les vois passer devant moi, me frôlant ou m’évitant. J’ai franchement l’impression d’être le mur blanc. Je n’existe pas. Pas un regard ni un mot.
Postée prés de la porte de mon « nouveau groupe« , ce flot d’enfants et d’adultes augmente cette sensation désagréable de perdre pied. Je suis emportée. Mes pensées s’arrêtent.

Je vois arriver dans le fond de cet immense couloir, une masse informe dans un vacarme assourdissant. Un gros manteau rougeavec des jambes toutes fines, tout en cris et en pleurs. Cela résonne si fort que le vacarme ambiant semble n’être pas plus dérangeant que le bruit d’une mouche.
L’éducatrice découvre enfin la jeune fille emballée dans ce grand manteau rouge. Après plusieurs longues minutes qui paraissent une éternité. Je vis alors Marie.

Marie a le visage déformé, « ecchymosé » au niveau des yeux. Elle est d’une maigreur cadavérique. Elle se frappe durement les hanches avec ses coudes. Elle se mets des claques d’une violence inouïe. Je suis là, à l’observer, comme si elle était un monstre venue d’une planète qui n’était pas censé exister. Elle s’assoit sur une chaise. Puis, dans un dernier cri strident, elle se replie totalement sur elle même, comme en position fœtale, les mains et la tête rentrées dans son pull. Seul un œil apparait.
Il me fixe. Quelle désagréable sensation que de se sentir transpercée. Elle me terrifiait, elle et son aspect repoussant. Elle et son œil couleur acier.

Marie souffre d’un trouble envahissant du développement, bien mieux connu sous le nom vulgarisé d’autisme.
L’autisme est, selon la classification internationale des maladies (CIM 10 ) un trouble envahissant du développement, caractérisé par un développement anormal ou déficient, qui se manifeste avant l’âge de trois ans avec une perturbation caractéristique du fonctionnement dans chacun des trois domaines suivants : interactions sociales, communication, comportement (au caractère restreint et répétitif). Il s’agit d’un enfant qui paraît d’emblée bizarre, étranger au contact, vivant dans un autre monde, autant angoissant qu’angoissé.

Je suis là. Dans ce couloir. L’air hébété. Collée à ce mur avec qui je ne fais presque plus qu’un. Le vacarme. Les odeurs. Les visages d’anges renferment-il des monstres hurlants ?

Je me souviens parfaitement : je me suis alors demandée si j’allais continuer cette putain de première journée et si le lendemain je reviendrais.

Je suis revenue…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s