img_4766

Alors tu pars où pour les vacances ? Moi ? Je pars pour de bon.

Je suis épuisée. Tellement épuisée. Je pense meme qu’il faudrait inventer un mot.
Ereintépuisétiguée. Par exemple.

Mon quotidien est une lutte permanente pour avoir un semblant de vie normale.
Je lutte pour sortir de chez moi. Je lutte (et je perds souvent) pour prendre les transports. Ne me demandez pas de faire plus de 4 stations de métro… Sinon vous risquez de me voir arriver dans un sale état.
Je lutte pour ne pas exploser au moindre stress. Au travail notamment.
Je lutte.
Je prends sur moi. J’attends que ça passe.
La psy me promet que ça va passer. Ma psy c’est un peu Jacques a dit. J’ai confiance parce que je n’ai pas le choix, c’est le jeu… Elle est la voix de ma raison que mon cerveau n’entend pas trés bien.
Mon cerveau c’est Windows 10. Et je vais vivre avec jusqu’à la fin.
J’y mets beaucoup de mon cœur pour la croire mais clairement entre la culpabilité de ne pas arriver à faire ce que j’ai toujours fait depuis 10 ans à Paris et l’épuisement psychique, j’ai juste envie de baisser les bras.
Un reboot ? ok. Mais en fait ca reste Windows 10 quoi.

Ma vie ne sera plus jamais comme avant.
La psy dit que : oui j’ai changé mais j’ai changé en mieux. Je me suis nourrie de tout ce qui m’est arrivé pour grandir.
Franchement c’est la douleur la plus absolue alors (je deconne j’ai eu une pyelonéphrite : c’est ÇA la douleur absolue).
Windows 10 a aussi de bons cotés. Quand on sait comment le faire fonctionner sans activer les bugs…

Alors voila. Mon cerveau a des bugs, des genres de crampes émotionnelles. Malgré tout l’entraînement qu’il a, ces foutues crampes me paralysent et rendent compliquées à peu près tout et n’importe quoi.
Ce qui est « amusant » c’est que je n’ai pas toujours les mêmes symptômes.
En ce moment, c’est le métro. Et la foule aussi.
Tremblements. Pleurs. Tout est incontrôlé.
Le sentiment d’anesthésie aussi. Etre la mais ne rien ressentir. Et soudain avoir une explosion de colère ou de tristesse. Sans raison apparente.

Elle a raison la psy. J’ai changé. Il y a un an de cela, je n’aurai jamais dit : « La je ne peux pas. »  » Ça, je ne suis pas capable de le faire ». Maintenant si. Et je découvre que ceux qui m’entourent peuvent m’aider….
Avant c’était moi qui aidais tout le temps et tout le monde. Maintenant on va dire que c’est un peu à mon tour.

En conséquence de tout ça, je crois qu’il est temps pour moi de quitter Paris et de rentrer.
Des années que j’en parle et que des opportunités de travail ont reculé l’échéance.
Maintenant que ma vie a été boulversée, mes priorités ont changé.
Je ne regrette rien de ce que j’ai accompli. Des choix que j’ai fait et assumé. J’adore mon travail. Cela ne touche en rien mes compétences et mon savoir. (Je pense etre putain de bonne dans mon job). Juste j’ai besoin de vivre ailleurs. 

C’est donc décidé.
Je rentre à Bordeaux.
Ma psy dit (Jacques a dit…tout ça) : que j’irai forcément mieux voire que je n’aurai quasiment plus de symptômes car être plus près des miens dans une ville éloignée de Paris est bénéfique pour les gens comme moi.
On verra. Quoi qu’il en soit, c’est vital pour moi.

Toute cette expérience me fait dire 3 choses :
– écoutez vous. Vous êtes votre meilleur conseiller. Je sais que c’est compliqué mais vous savez mieux que quiconque ce qui est le mieux pour vous même.
– il n’y a jamais rien de définitif hormis la mort. Alors ne gâchez rien avec les vivants et encore moins avec ceux que vous aimez. Embrassez votre vie et vivez.
– Ne vous encombrez pas des problèmes des autres. Vous êtes responsables de vous même, pas des autres (adultes).

Et si vous ne devez retenir que quelques bribes de cet article, retenez cela.

img_8728

Mouillette

Mouillette est parti. Il n’a pas souffert et il etait avec moi.
Son coeur etait trop malade. Il s’est arrêté net.
C’etait un super chat. Il aimait tout le monde, tous ceux qui ont le bonheur de le connaitre, pourront vous le dire. Un vrai bavard aussi.
Pour sa dernière journée, je vais tacher de me souvenir qu’on aura fait de gros calins.

Cela fait 15 ans que je vis seule avec un chat. Ils ont meme été 2 pendant un temps.
C’est donc la première fois que je vais être vraiment toute seule.
Je crois que j’ai peur.

J’ai toujours donné beaucoup d’amour à mes chats et j’ai toujours veillé à ce qu’ils soient heureux.
Je continuerai à le faire. Pour le prochain. Dans quelques mois.

Le SPT, la saloperie post trauma

J’ai volontairement modifié un peu l’acronyme, avec tout mon coeur. Ça fait quelques jours que j’écris et réécris ce post. Comme un besoin incompressible de parler de ce que je vis alors que je reste plutôt discrète normalement. 

Ce syndrome, j’en souffre depuis le 18 novembre 2015. Jour où le medecin me l’a clairement annoncé. 

« Madame, (oui parce que je suis vieille maintenant) vous souffrez d’un syndrome de Stress Post Traumatique. »
« Ok mais encore… ?!? Ça veut dire quoi ? Vas y laisse moi retourner travailler parce qu’il n’y a que cela que j’arrive à faire ! » (moi fuyant la réalité et me réfugiant dans le travail).

Honnêtement ? Ça veut dire DES semaines de souffrance physique et psychique sans être capable d’y mettre une once de sens, la plus part du temps. Voila comment je définis le SPT.
Le pire étant que personne ne peut vraiment comprendre ce que l’on traverse. Même moi, je n’explique pas tous les symptomes… Et pourtant j’ai bossé 10 ans en psychiatrie.

Et puis ça passe. Doucement. Par étape. 
Les nuits redeviennent paisibles, d’abord sans se reveiller en hurlant sans se souvenir pourquoi (super flippant). Ensuite sans se réveiller à 4h du mat parce qu’on a des palpitations (ça, c’est vraiment désagréable). Ensuite en dormant 7h d’affilé sans médication (YOUHOU CHAMPAGNE).
Je fais un apparté sur la médication : je fais partie de ces gens qui n’avaient jamais pris d’anxiolytiques. Accepter une médication peut être relativement compliqué… Surtout quand votre cerveau refuse de lâcher prise sur les émotions. Si je ne suis pas malade, je n’ai pas besoin de médicaments. Ca a clairement été mon cas.
Les jours passent sans larmes. Ce ne sont ni des larmes de tristesse ou de colère, c’est juste votre corps qui évacue les tensions. Des tensions que votre cerveau refuse de reconnaître. Bizarre hein ?
Les douleurs physiques se dissipent. Et là, je dois reconnaître que j’ai rarement eu aussi mal dans mon corps et dans des endroits improbables durant autant de jours (genre sous les bras, derrière les mollets, dans des endroits bizarres internes…) 
Les activites d’avant redeviennent normales et non forcées. On reprend le métro. On retourne dans des lieux de foule (concert/spectacle/centre commerciaux). Plus ou moins facilement me concernant.

La vie reprend son cours. Le truc qu’on ne vous dit pas c’est que malgré un traitement temporaire (le temps que ca passe), malgré un suivi psy avec un thérapeute specialisé (en EMDR en ce qui me concerne)… La vie ne reprend plus son cours comme avant. Parce qu’avant, c’etait quand on était ignorant.

La partie pénible est que ça recommence. Comme ça. Par « surprise ». Et seulement aprés (avoir parlé à la psy souvent ou à des amis) on fait le lien…
Quelques jours apres les attentats de Bruxelles.
La veille de l’Euro.
Après les bargeots homophobes qui tuent des mecs en boite de nuit. etc.

La panique.
L’impossiblité physique de prendre le metro.
Les palpitations.
Les vertiges.
Les angoisses dans la foule.
Le sommeil qui décide de se foutre le camp (serieux, faut arreter hein. Quand on a jamais eu de probleme de sommeil, c’est VRAIMENT penible !)
Les larmes.
Les attaques de panique…

BORDEL c’est ÉPUISANT.

Alors il faut tenir. Se dire que la vague va finir par passer, telle la tempête en bord de mer.
Aprés vient toujours le beau temps.
Facile à dire, hein. Surtout quand même avec la meilleure volonté du monde, les symptomes apparaissent sans que votre cerveau fasse le lien…
Quand on pleure d’avoir perdu un proche, on sait pourquoi on pleure quand on trouve une vieille photo ou un objet lui appartenant. Nostalgie, Tristesse.
Quand vous faites une attaque de panique avant de sortir de chez vous pour aller au cinéma, ce n’est pas le cinéma le problème; ni sortir d’ailleurs… C’est votre cerveau qui disfonctionne car il a subi un stress énorme à un instant T et il réagit de manière mécanique… Peut être (et j’extrapole pour être comprise) parce que l’Euro demarre et que tout le monde parle de ça… Mon cerveau se met en pilote automatique pour relier tout seul : l’Euro > Le Stade > les risques d’attentat > le 13/11 > se protéger > se mettre à pleurer pour pas sortir > ne pas vouloir mourir.
C’est tiré par les cheveux mais avouez que de l’Euro à ne pas vouloir mourir, c’est pas évident évident la relation de cause à effet… Il n’empêche que le résultat est que je suis restée là dans mon entrée à pleurer et à ne pas comprendre pourquoi je n’arrivais physiquement pas à sortir de chez moi. Et le pire : j’avais honte de ne pas y arriver.

Voila, c’est ça le SPT.

Il n’y a aucune douleur ou souffrance qui se compare. Il ne faut pas culpabiliser parce que cela peut être pire. Je le sais.

Et puis il y a la vie.
Le boulot. Les collègues. Les factures. Mouillette.
Faire des choses de mon temps qui me plaisent. Méditer par exemple.
La seule leçon que je retiens de tout ça, est que quand les symptomes deviennent trop fort, il faut savoir se faire aider et savoir dire qu’on a besoin d’aide.
C’est encore plus dur quand comme moi, votre famille et certains de vos amis proches sont loin… En tout cas j’ai de la chance, il y a des gens qui sont là pour moi même si ce que je traverse, n’a pas toujours de sens…

img_4842

T’as deux chats et t’as pas de Feliway ?

Ça marche aussi pour plus de deux chats ou pour un chat tout seul d’ailleurs…

Pour avoir eu deux chats, je connais bien le problème de la rencontre entre deux félins.

Carla n’était pas facile facile et Mouillette étant un gros pâté de chat voulant s’approprier les locaux, nous avons connu quelques périodes difficiles…
A l’epoque, j’avais installé deux diffuseurs FELIWAY® dans l’appartement pour aider. Un dans la grande pièce de vie et un dans la chambre.
Il se trouve que Mouillette s’y est montré trés sensible. Toutes les petites manifestations (comme les pipis dans le rideau ou dans ma couette… oui il a osé) avaient miraculeusement disparu (pour toujours !) relativement rapidement.
Encore aujourd’hui quand je sens qu’il ne va pas trop bien, je remets le diffuseur. En quelques jours, il redevient en pleine forme…


Aujourd’hui par le biais d’un communiqué de presse, je découvre que FELIWAY® sort un nouveau produit : le FELIWAY® FRIENDS qui contient un analogue de la phéromone apaisante maternelle féline (CAP) dont l’efficacité dans le contrôle des comportements agressifs entre chats est établie.

Cela peut fonctionner sur des conflits installés de longue date ou consécutifs à l’introduction d’un nouveau chat. Il est indiqué en cas de bagarres, d’intimidation, de blocage ou de poursuites.

Pour les renseignements d’origine :
Le produit est développé par Ceva Santé Animale, en collaboration avec l’Institut de Recherche en Sémiochimie et Éthologie Appliquée (IRSEA), et fabriqué en France dans l’usine bretonne du Groupe à Loudéac.

En Pratique :
Le diffuseur doit être placé dans la pièce où les chats passent le plus de temps (pour être exposé au maximum à la phéromone apaisante et prévenir les conflits) et a minima dans la pièce où dort le chat agresseur (ne pas brancher dans la pièce où ont lieu les conflits car il s’agit rarement de l’endroit où les chats passent le plus de temps). Si les chats impliqués vivent dans des pièces différentes, il peut être recommandé d’utiliser plusieurs diffuseurs pour une exposition maximale.
Il est conseillé de l’utiliser au moins un mois (en diffuseur).
Cela n’a aucun effet sur les humains et les autres animaux.

Pour le prix :
FELIWAY® FRIENDS est disponible chez les vétérinaires, dans les animaleries, les jardineries, les pharmacies et sur certains sites marchands spécialisés au prix public moyen constaté de 29,90 € pour le « starter kit » (diffuseur + recharge 48 ml) et de 26,10 € pour la recharge seule. Une recharge dure jusqu’à 30 jours et couvre jusqu’à 70 m².

Comme chez Feliway, ils sont sympas. Ils m’ont proposé de vous faire gagner un ensemble comprenant Kit FELIWAY FRIENDS et un spray 20ml FELIWAY.

Pour participer, il suffit juste de partager cet article et de laisser un commentaire en expliquant pourquoi vous en auriez besoin ! Pas de honte à voir des soucis avec son ou ses chats, ça arrive à tout le monde et si on peut s’entraider… :) 

Si vous pouviez arrêter avec les religions… Et vos cheveux.

DISCLAIMER : c’est un peu brut de décoffrage. Ceci est une réflexion purement intrinsèque avec moi même. Tout commentaire haineux, insultant, sans intérêt ne sera pas publié. Parce qu’ici c’est la dictature : je fais ce que je veux. Bonne lecture :) 
Cela fait plusieurs mois que je suis les débats (des années même, je pense) concernant le voile. Les femmes musulmanes, leurs choix etc. La tolérance de la société française.
J’analyse ce que cela provoque en moi. Ce que cela suscite en terme de réflexions. En tant que femme. En tant que française. En tant qu’éduquée. En tant qu’athée. (Notez bien le contexte).

Et bien, je ne peux qu’être honnête avec moi même dans le sens le plus strictement cru : je ne suis pas d’accord avec cela.
Je suis « contre » le port du voile dans les lieux publics, comme je suis contre la kippa, la perruque ou la croix d’ailleurs (et les serre-têtes). Autant être claire.

En fait, je considère les attributs religieux quelqu’ils soient et quelque soit la religion, comme ostentatoires et ça commence à sérieusement me bassiner de lire que si je pense cela, je suis anti-feministe et raciste parce que je ne respecte pas le libre choix d’autres femmes qui ont une religion.

Alors pardon mais LOL. (Oui c’est le premier mot qui me vient quand je réfléchis à tout ça).
Je vous arrête tout de suite. Le voile, la kippa, les croix, tout ça, relèvent de la religion. Mais il me semble que la religion est personnelle, non ? Et que cela n’a rien à voir avec la société française actuelle en elle-même (ça commence à largement dater la séparation de l’église et de l’état hein. Faut regarder la société avec son temps).
On n’accepte pas la mini jupe aux prostituées car c’est ostentatoire, alors qu’honnêtement ce métier est plus vieux que les religions… (oui, on fait usage de son corps pour gagner de l’argent, vous pensez qu’on creusait les mines avec quoi avant ? Bah avec son petit corps pardi, certes certains auraient adoré prouver qu’ils le faisaient avec leur penis, mais quand même).
Je m’égare.
Si certains et certaines choisissent de suivre leur religion au mot près (et c’est super discutable car la plupart des dogmes sont tout simplement de la tradition orale réécrite et retravaillée sur des centaines d’années. Autant douter de la véracité du truc si je peux me permettre…) soit mais j’aimerai bien que dans mon pays où on ne distingue pas les gens en fonction de leur origine, caste, couleur, ville, religion, choix de shampoing (c’est un acquis puisqu’inscrit dans la constitution : l’égalité, tout ça), on arrête de nous gaver avec les choix qui relèvent de l’intime qu’on nous impose publiquement.
Je m’explique.
Tu fais ce que tu veux chez toi mais à un moment, il faut savoir s’adapter au groupe / à la société (genre du pays, des lois et de la constitution du pays dans lequel tu vis). Exemple : tu ne brûles pas le drapeau américain aux États Unis. C’est comme ça. Ou tu ne te trimballes pas en débardeur en Turquie.
Ce qui veut clairement dire que quand tu es en voyage en Arabie Saoudite, tu mets un voile. C’est comme ça. C’est ça, le respect. Et puis si t’es pas d’accord, bah tu n’y vas pas. Point. Tu peux aussi marquer ton désaccord comme ça. En revanche, tu ne caches pas des statues toutes nues dans un musée parce qu’un émir vient. Il vient, il respecte sinon il ne va pas dans un musée. Sérieusement on marche sur le crâne parfois.

Je pense que je mets la sexualité consentie entre deux adultes sur le même pied que la religion. Faites ce que vous voulez, ce qui vous fait plaisir M, ce qui vous rend heureux mais pas dans la rue où il y a « tout le monde ». Que vous soyez maso et que vous aimiez le cuir clouté un peu serré sous les tétons, grand bien vous fasse mais vous n’avez pas à vous trimballer ainsi pour affirmer qu’on doive vous respecter tel que vous êtes, même si vous avez un joli cul tout nu.
Sinon c’est le vivre ensemble que vous ne respectez pas et que vous mettez à mal par vos choix d’individus. Et à priori si vous vivez ici, c’est aussi pour jouir de la liberté de vivre ensemble.

J’en conclus que tout ceci est donc une question de limite entre la liberté de l’individu et le vivre ensemble dans la société. J’ai choisi mon camp : le vivre ensemble, qui que nous soyons, prime sur la religion. Ca demande donc un peu de discrétion pour le bien de tous.

Mais je consens que cela ne marche que si chacun arrêtait de juger l’autre alors que cela ne le regarde pas. C’est mon cas (enfin je crois).

En tant que femme, je n’aime pas ce que signifie ces attributs religieux (perruque, foulard etc). Je n’aime pas (et il me semble que je peux le dire) que l’on réclame le droit de porter quelque chose qui signifie que la femme est inférieure et qu’elle doit se cacher (parce que c’est ce que c’est) parce que sinon elle n’est pas pure. D’ailleurs c’est écrit NULLE PART dans aucun bouquin qu’on doive se cacher parce qu’on a des cheveux.
Et puis : se réclamer féministe en France (je contextualise bien) et réclamer le droit de porter un truc qui signifie littéralement Jean Michel premierdegrérement et exactement le contraire, il n’y a qu’à moi que cela suscite de grosses interrogations ? Je ne juge pas, je questionne le fond.

Voila. Je n’aime pas les signes religieux. C’est mon choix. Je pense que tout à chacun peut vivre sa foi chez lui sans avoir à absolument la revendiquer ou la mettre en travers de la gueule de l’autre (et de lui couiner en plus qu’il doit te respecter).
Le respect c’est dans les deux sens pour rappel.
Pour une femme qui s’appelle Malika et qui en est très fière, je devrais peut être avoir un peu mal à la gueule de dire cela. Mais c’est pas le cas. Et vous savez quoi ? C’est justement parce que mes parents m’ont donné le plus beau prénom du monde et qu’il s’avère qu’il est arabe (et qu’il veut dire reine), que je me sens bien légitime de dire sur mon blog que vous commencez à tous bien me gonfler avec vos simagrées et vos jugements de ce qu’on doit ou pas penser ou accepter des religions.
Je ne suis pas « raciste » parce qu’honnêtement je m’en tape le coquillard de ta provenance, de tes croyances, de tes choix. Mais oui, ça me dérange qu’on m’impose les religions même visuellement, dans mon pays que je considère comme laïc (c’est à dire sans religion d’état et qui considère que la foi est quelque chose de privé – à faire chez toi, dans tes lieux de cultes, chez tes amis mais PAS dans les lieux communs car ce qui prime c’est le bien vivre ensemble).
Je viens pas faire chier les autres avec mes croyances ou mes idées, j’estime que j’ai pas à subir ceux des autres. Du coup j’ai tendance à penser que pour le mieux vivre ensemble, cela serait mieux que chacun range et vive chez lui des croyances (ce que beaucoup beaucoup font heureusement).

Voyez-y une forme d’uniformisation si cela vous arrange mais je suis bien sûre qu’on vivrait tous mieux ensemble si d’une façon générale, les gens se contentaient d’être cons chez eux. Et prenez le bien au sens large.

img_4105

L’ourson et la sociologue ou comment essayer de parler d’amour et d’évolution de la société autour du Mariage pour tous.

S’il n’y avait qu’un seul documentaire à voir, je pense que je vous conseillerai celui-ci.
 La sociologue et l'ourson le documentaire sur la manif pour tous  

Autant être honnête, il est de parti pris (pro évidemment) même si le documentaire se veut une prise de recul sur les débats autour de la loi sur l’égalité dans la notion de mariage et de parentalité entre 2012 et 2013.

Etienne Chaillou et Mathias Thery ont essayé avec finalement peu de moyens de comprendre pourquoi un mouvement comme la trés haineuse Manif pour tous avait eu cet echo en France pour notre époque et pourquoi le choix de l’égalité, de l’acceptation de l’évolution et de l’amour n’est que la seule voie et voix de la raison, si je puis dire. Je rappelle que toutes ces questions ne sont pas réglées et légiférees : les questions de PMA et GPE restent en suspens.
 Mathias Thery Irene Thery  la sociologue et l'ourson 

Mathias Théry, fils de la sociologue reconnue Irène Théry, spécialiste de la famille, a reconstitué les conversations qu’il a eu avec cette dernière.
Alors que les débats sur le projet de loi du Mariage pour tous envahissent les rues et l’espace mediatique, la mère et le fils discutent de l’évolution des notions de famille, de filiation et de transmission au travers de marionnettes plus que vraies.
Le tout filmé avec beaucoup d’humour et d’amour. J’insiste sur ces deux notions car c’est assez humblement mèné. Des moments choisis de vie d’Irene avec son fils sur la question de fond essentielle : « qu’est ce qu’est une famille aujourd’hui en France ? ».

Pour essayer de visualiser, vous pouvez déjà regarder la bande annonce : https://vimeo.com/131480576

Et maintenant que vous êtes curieux de l’intérêt d’un tel travail documentaire, par pitié, si vous voulez dépenser votre argent au cinéma, n’encouragez pas la Warner à massacrer des comics mais encouragez ce genre d’initiatives intelligentes🙂

Je vous en remercie du fond du coeur. 

Et si c’était l’amour la réponse à ces questions de famille ? En tout cas moi j’y adhère.

img_4074

L’asso « Courir pour Elle » et l’assignation en justice d’une malade.

Fuck my Cancer par Manuela Wyler 
Je dis « une malade » mais cette malade, elle a un nom : Manuela.
Déjà, c’est un très joli nom.
Manuela, je la connais depuis mes débuts sur internet des twitters. Je la suis pour sa cuisine (les meubles comme pour ce qu’elle met dans ses plats – car inévitablement, elle en fait des photos).
C’est une cuisinière du très tôt le matin qui te fait baver sur ton écran, une mère et une grand mère aimante passionnée d’histoire (et de son histoire). Elle ne se définit, pour moi, ni par sa maladie ni par sa religion, qu’elle assume parfaitement d’ailleurs. Mais par sa capacité à me donner envie de manger n’importe quand et sa générosité. (Ce sont mes deux qualités favorites, je pense).

C’est quelqu’un de singulier que j’admire depuis longtemps. Dans la vie, on croise des gens que même si on ne les a jamais vu et qu’on leur parle peu, on sait que leur rencontre même virtuelle, a changé quelque chose en nous. Elle fait partie de ces gens. (ça, c’est dit, maladroitement mais quand même).

Alors voila, Manuela pousse parfois des gueulantes, qu’elle argumente, bien entendu.
Il y a quelques mois, elle s’en est pris au pinkwashing. Le pinkquoi ?
Le pinkwashing est le fait que des gens/entreprises/labo/associations se servent du cancer pour vous faire payer très cher le rose qu’ils vous mettent sur le dos pour vous faire faire des trucs pas nets comme courir.
(Serieusement, courir… Et pourquoi pas transpirer aussi. Oui, je vous juge).

Dans cette gueulante, elle a pris en exemple (parmi d’autres) l’association Courir pour elle. Tenue par un couple (les Moreau) et qui affiche fièrement leur non-transparence budgétaire. (honnêtement c’est pas terrible terrible…). Manuela a donc soulevé ce problème (ok on vous file des sous pour courir mais après il se passe quoi ?).

Et bien, ca n’a pas plu. Et tellement ça n’a pas plu que les Moreau ont pris un avocat pour assigner à comparaître Manuela pour diffamation.
Wait what ?
Oui oui. Diffamation (entendons-nous bien, demander une certaine transparence n’est pas accuser de detournement de fonds, hein).

Comme d’autres sur les reseaux sociaux, je suis allée demander poliment et gentiment une explication sur leur page FB et sur Twitter @CpourL
BOUM.
Pas de réponse.
BOUM
Bloquée.

Bon. Je ne veux pas faire ma rabat-joise mais au nom de ma conscience professionnelle, je suis un peu déçue et je me dois d’en placer une.
Une des premières règles de base sur les réseaux, on ne bloque pas sans prevenir. C’est plus humain. Et puis surtout tant que pas d’insulte, pas de bloquage. Car ça peut surtout s’empirer… Genre des gens un peu vexés qui feraient des articles de blogs pour entacher vilainement leur reputation 2.0…

Pourquoi ai-je été bloquée ?
Parce que j’ai osé leur demander si leurs valeurs et leurs soutiens pour les cancéreux passaient par le fait d’assigner en justice une malade du cancer qui a osé souligner le manque de transparence financière de leur « projet ».

Je vous invite donc à aller leur dire bonjour🙂

Il serait donc nécessaire et profitable que 1, l’association Courir pour Elle retire sa plainte contre Manuela et 2, soit transparente sur ses finances/budgets.

Le caritatif n’est pas abuser de la crédulité des gens. D’autant plus que si vous prenez le temps de lire le blog ou le livre de Manuela, les malades ont besoin de soutien et les structures qui les accueillent de l’argent pour les aider au mieux.

Il est aussi possible de signaler cette situation aux partenaires de l’asso, qui seront ravis je pense, de savoir que leur argent sert à engager un avocat pour traîner en justice une malade :
decaux, apicil, bioderma, fiducial, Grand Lyon, Ville de Lyon, Cherie FM, crédit mutuel etc.

Pour en savoir plus, l’article sur le blog de Manuela http://fuckmycancer.fr/seriously/si-vous-voulez-mourir-pour-elles-pourrir-pour-elles-allez-donc-courir-pour-elles/

L’article sur Rue 89 http://rue89.nouvelobs.com/2016/03/31/asso-anticancer-poursuit-blogueuse-malade-cancer-263623

En attendant, moi, je regarde les recettes de Manuela.
J’ai un peu faim…

Ah tiens… Un élu du 7e arrondissement de Lyon et moi sommes d’accord sur nos attentes vis à vis de l’association http://www.lyon-7.fr/post/142013227916/lette-%C3%A0-madame-moreau-de-courir-pour-elles 

ÉDIT du 01/04/16
Voici le communiqué de l’association paru ce jour
http://www.courirpourelles.com/wp-content/uploads/2016/04/Courir-POUR-ELLES_CP_20160401.pdf
Si je résume :
– 3 paragraphes sur la fameuse justification de la diffamation qui je le rappelle, n’est pas prouvée et non jugée de fait (et dans les faits > inexistante).
– Aucune excuse.
– annonce de la publication des comptes mais aucun information concrète malgré une tentative de justification
Va falloir faire mieux que cela… Clairement.

to be continued.